L'édito de Jean KUSTER

AOUT - SEPTEMBRE 2018 :

 

Le petit monde papetier : la vie en rose ?

 

 

J’avais déjà pris le chemin buissonnier des relations fournisseur-papetier dans une précédente chronique en lieu et place des réflexions habituelles, techniques ou économiques, du secteur. Je l’emprunte à nouveau pour évoquer cette fois-ci les retours et détours de ces même relations. On m’a un jour demandé si j’habitais dans le monde des « bisounours » lorsque j’évoquais la loyauté et les valeurs de droiture dans les échanges d’affaires. J’en ai été choqué, la preuve : cela remonte à plusieurs années et j’en parle encore.

Beaucoup de papetiers sont rebutés par l’aspect commercial qu’il y a dans le terme « technico-commercial ». Un monde d’épouvante s’ouvre alors dans leur imaginaire : mensonges, tromperies, exagération de marchands de foires ou encore « propagande » pour ne pas parler de vol (lorsqu’on parle prix !). Eh bien je crois profondément qu’on peut faire des affaires « proprement », sans mensonges, en étant soi-même et sans tenter de tromper le client ou de salir le concurrent. Valeurs judéo-chrétiennes, d’éducation ? Pourquoi ne pas considérer que client et fournisseur font un même travail car le papetier doit aussi vendre son produit, avec le même objectif de rendre son produit attirant pour le placer au meilleur prix sur le marché et en tirer un bénéfice qui assurera l’avenir de sa société et le sien propre ? Aussi simplement que cela.  

Remettre cette relation dans son cadre permet d’être « soi-même », de respecter et être respecté et de savoir dire « je me suis trompé » quand il y a une erreur de part ou d’autre. Tout simplement. « La méfiance est un signe de faiblesse », et ce n’est pas un bisounours qui le prétend !

 

Jean KUSTER

voir toute l'actu


Adipso

Site Internet créé par
l'agence web Adipso
localisée à Strasbourg, Alsace

www.adipso.com